Les Français et la retraite

12 janvier 2017

80 % des Français pensent que le système actuel de retraite n’est pas du tout ou plutôt pas juste entre les actifs. Ils sont 74 % à être tout à fait ou plutôt favorables à une réforme globale qui conduirait à un régime unique remplaçant les dizaines de régimes actuels.

Le constat est clair

Ces résultats sont extraits d’un sondage national portant sur 1 018 personnes de plus de 18 ans effectué entre les 22 et 24 novembre par l’Institut Harris Interactive à la demande de la Confédération Française des Retraités (CFR).

Ils ne peuvent surprendre que ceux qui, enfermés dans le conservatisme des situations acquises, refusent de voir les écarts résultant des cursus de carrière différents et d’entendre l’inquiétude des jeunes générations sur  le sort qui leur sera réservé par un système complexe, mystérieux pour beaucoup et dont la pérennité est mise en doute par certains.

Sortir des mesures a minima

Nous avons observé au cours des décennies passées une rafale de réformes dont chacune disait qu’elle réglait le problème alors quelle ne faisait que mettre en évidence la nécessité d’en avoir une suivante. Depuis 10 ans, avec la CFR, sans nier que d’assurer l’équilibre des comptes était un impératif incontournable, nous plaidons pour que la recherche de plus d’équité entre toutes les catégories de professions et d’âge fasse l’objet d’une réforme qui embrasse l’ensemble du sujet et ne se limite pas à des mesures paramétriques essentiellement comptables.

Le colloque sur la retraite universelle

Rebondissant sur le sondage, le 16 décembre, la CFR a organisé un colloque dans les salons du palais du Luxembourg réunissant une brochette d’experts nationaux et étrangers pour débattre de la retraite universelle. Chacun, avec sa dose propre de prudence, a reconnu la nécessité de mettre de l’ordre dans notre système actuel. Il convient disent certains de rapprocher les différents systèmes pour aller, dans 10 ans voire davantage, vers un régime unique. L’un plaide pour appliquer d’emblée le nouveau régime aux nouveaux embauchés et de se donner le temps d’y faire entrer les anciens en préservant leurs avantages acquis. La CFR, plus audacieuse, préconise de se donner 5 ans pour arriver au nouveau régime. Au cours des débats, il est apparu que plusieurs intervenants pensaient nécessaire de repousser l’âge de la retraite jusqu’à 65 ans. La CFR reconnait que ce type de mesure dont l’efficacité a été démontrée par le report de 60 à 62 ans est sans doute nécessaire, mais préfère mettre l’accent sur la réduction des disparités entre les régimes.

La pédagogie est incontournable

Le consensus est apparu clairement que devant la difficulté de l’entreprise et les inévitables contestations qui ne manqueront pas d’être soulevées, il devra appartenir aux responsables politiques qui devront conduire l’opération de faire preuve d’une dose égale de  détermination et de pédagogie. Nous le leur rappellerons lorsque la campagne pour l’élection présidentielle sera lancée.

« Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas, c'est parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles » Sénèque 4 avant JC

Christian Bourreau

 

 

Nos Partenaires

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus…