Faut-il avoir peur de LINKY ?

30 juin 2017

Linky est le nom du compteur électrique qui d’ici à 2021 remplacera les compteurs existants. ENEDIS, ex-ERDF, filiale d’EDF est chargée de cette mission qui concernera 35 millions de compteurs. Une telle opération de modernisation suscite néanmoins craintes et interrogations.

Démarrées en 2007, les premières études ont conduit à des expérimentations dès 2009 et à l’été 2011 les pouvoirs publics ont validé les tests. Sur quoi, en juillet 2013 Jean-Marc Ayrault, Premier ministre a lancé l’opération.

Les installations ont démarré en décembre 2015 et se déroulent à un rythme qui devrait atteindre 35 000 nouveaux compteurs par  jour à la fin de de 2017. Pour le moment l’opération se déroule conformément au plan prévu et à l’intérieur du budget prévu de       5 milliards d’€.

Des avantages prévus

Une fois installé en moins d’une heure à l’emplacement de l’ancien compteur, les opérations de relevé, de changement de contrat ne nécessitent plus l’intervention d’un technicien et, en cas d’incident décelé immédiatement, celui-ci sera sur place plus rapidement. Si le compteur est installé à l’intérieur du logement, son occupant sera libéré de l’obligation de donner accès au compteur pour le relevé annuel.

Le principal avantage du nouveau compteur est une meilleure connaissance des moments de la consommation ce qui permet d’optimiser la distribution d’énergie et de proposer aux utilisateurs des dispositifs contractuels accompagnant leur propre optimisation de consommation. De l’avis de ses promoteurs, Linky permet aux fournisseurs d’énergie d’en optimiser la distribution et aux particuliers d’optimiser leur consommation. Ajoutons qu’Enedis devrait réaliser des économies de personnel.

Des craintes et oppositions

Face à ces avantages mis en avant, de nombreuses réserves et oppositions se sont manifestées. Elles sont de deux ordres.

C’est d’abord la crainte concernant l’intrusion dans la vie privée. Ce nouveau compteur qui enregistre en continu la consommation d’un foyer peut permettre de dévoiler le mode de vie des occupants

C’est aussi la crainte concernant la santé qui pourrait être atteinte à cause des ondes  et rayonnements intervenant à l’occasion des transmissions d’information entre le compteur et les différentes structures centralisatrices d’Enedis. Il y a eu également quelques débuts d’incendie dus, d’après ENEDIS à de mauvaises connexions. Il est également reproché à Linky d’intégrer un disjoncteur très sensible qui peut conduire certains utilisateurs à augmenter leur contrat.

Ces oppositions sont portées par des associations comme Robin des toits, des municipalités qui refusent à Enedis d’intervenir sur leur territoire ou des particuliers qui refusent l’accès au technicien lorsque le compteur se trouve à l’intérieur de leur domicile.

Il semble que pour le moment les diverses instances judiciaires saisies aient eu tendance à débouter les adversaires de Linky, mais la route est encore longue jusqu’en 2021.

Faut-il se rassurer ?

Dans un pays qui a mis le principe de précaution dans sa Constitution, l’émotion devant une innovation est compréhensible. C’est pourquoi L’ANSES (1) a été saisie et devrait remettre un rapport dans les prochains mois. Par ailleurs l’association 60 Millions de consommateurs a procédé à une étude sur le sujet. Nous incitons le lecteur à s’y reporter.

Christian Bourreau

 

  • ANSES : Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l‘environnement et du travail

 

Nos Partenaires

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus…